L'Ordre des Chevaliers Divins

L'Ordre des Chevaliers Divins regroupe nombre de soldats plus ou moins expérimentés mais se battant pour une cause juste, Dieu.
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Mission individuelle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:52

L’obscurité régnait, mes yeux commençaient a s’y habituer et je voyais de manière a peut prêt nette, je palpais toujours ma tunique poisseuse de sang encore humide, mon corps n’était que souffrance, mon dos portais les blessures d’un coups d’épée, mes bras était ensanglanté en plusieurs endroits et mon épaule étais percé d’une flèche.
J’étais seul, Alexandra et Siegfried venaient de me laisser pour laisser la place a un médecin, un vieil homme dégarnis et vêtus de blanc, son tablier était recouvert de sang et il tenait une énorme pince dans ses mains, j’eu plus l’impression d’être a l’abattoir que sur le point d’être soigné.
Il me parlait lentement s’informant de mon état et me prévenant que l’opération serais douloureuse, je souris et ne répondis rien, il passa derrière moi et me dis de me tenir droit, soudain un bruit de bois se fit entendre, il me dis avec satisfaction que la flèche était sectionné et que l’on pouvais commencer.
Soudainement une douleur paralysante me fut hurlé, la pointe de la flèche dépassait maintenant de mon bras, le sang parvint dans ma bouche et me fis tousser tandis que je reprenais mon souffle, ensuite je vis la pince agripper la pointe et l arracher la flèche de mon corps dans un puissant jet de sang qui vint arroser la robe du chirurgien.
Je ne parvenais pas a me contenir, je tombais a terre et fut frappé par la douleur, le métal avais éraflé un os créant une douleur fulgurante, je me mettais a genoux en haletant et le médecin m’aida a me relever avant d’appliquer un tissus humidifier sur la plaie.
Il me demanda si j’allais bien je hochais la tête et me levais lentement et lui demanda de me laisser, mes cheveux cachaient mon visage, ils étaient crasseux le sang séché les rendaient poisseux et je me sentais si sale, ma tunique couverte de sang et de boue …

Je repensais a ce qu’il s’était passé, contrairement a ce que l’on dis je me rappelais parfaitement des combats, tout ce sang, cette souffrance et ces cris, je me souvenais de tout, la mort de mon plus fidèle amis et mon moment de rage, je me souvenais de tous les guerriers que j’avais pourfendu, malgré mes pensés je m’étais conduit en animal, en bersek comme diraient les Germains.
Je ne parvenais toujours pas à croire que Fenril était mort, sa perte seule m’atterrait plus que la défaite après tout celle-ci n’était que la preuve que dieu n’approuvais pas nos choix mais la perte de mon amis, qui n’avais fais que m’obéir et avais consacrer sa vie a préserver la mienne en étant si protecteur et puissant, lui qui luttait a mes cotés depuis tant d’année …
Les larmes perlèrent, je ne me rappelais plus la dernière fois que j’avais pleurée mais jamais je ne me sentis si atterré par la mort d’un ami, cette douleur du cœur était plus intense que tout les autres.
Je me rappelais aussi des derniers moments de combat, les flèches si nombreuses et ensuite la charge du roi Philipe et de mes cavaliers qui l’avaient rejoint pour mettre facilement en fuite les archers montés, depuis j’avais été transporter inconscient par Siegfried, d’après ce que je savais j’étais dans une forteresse des partisans et était considéré comme prisonnier.

La porte de ma cellule s’ouvrit et la tignasse blonde du Danois et le visage si froid d’Alexandra firent leur apparition, Siegfried était habillé tout de noir et portait une cape ainsi qu’une tunique marqué d’un sceau inconnus, a ses coté Alexandra était habillé de manière semblable si ce n’est qu’une robe remplaçait le pantalon.
Le danois me lança une chaîne terminée par deux menottes et m’ordonna de les enfiler si je ne voulais pas qu’il le fasse, il parlait da manière sèche et son visage était sombre, il souriait tristement tandis que je mettais ses entraves, enfin je sortais de ce trou ou j’étais enfermé depuis des jours, je ne sais pas ce qui m’attendaient mais ça ne pouvais être pire que cette prison ou j’attendais d’être fixé sur mon sort.
Je suivais lentement Siegfried et sa compagne dans un long couloir, tous les 3 mètres des cellules étaient disposé des deux coté du chemin, je pouvais voir certain prisonnier me jeter des regards avide, enviant ma chance de sortir de ce trou même si c’était pour mourir, ces regards me faisaient sourire, malgré ma situation j’étais un chanceux, plutôt amusant comme situation.
J’avais du mal a marcher et je trébuchais souvent, aucun de mes amis ne fit mine de m’aider a me relever ou a marcher, ils me tournaient le dos honteusement, finalement je parvint a tenir sur mes jambes et nous franchîmes un escalier avant de nous trouver dans une grande cours, Siegfried désigna un seau d’eau situé non loin et m’ordonna de me faire plus présentable.

Je marchais lentement jusqu’au seau et vit mon reflet hideux dans l’eau limpide, mon visage semblait être un masque tant il me semblait différent, mes cheveux que je me plaisais a brosser avec soin était boueux et teinté de sang, les contours de ma bouche était recouvert eux aussi de sang séché et mes yeux étaient si petit, reflétant mon épuisement.
De dégoût je plongeais la tête dans le seau et restait plusieurs minutes a baigner dans cet eau claire, je sortais finalement mon visage de l’eau ayant pris la couleur de la crasse, Siegfried m en amena un autre et me le jeta dessus, l’eau s’infiltra dans ma cotte de maille et le mélange d’eau, boue et sang coulait de ma tunique.
Siegfried s’approcha a nouveau de moi avec un autre seau, un miroir et un peigne avant de me détacher, je reconnais enfin un signe d’amitié, j’étais sûrement en route vers la mort mais mon amis s’assurait que je rejoigne l’enfer dans un état décent, au fur et a mesure mon corps me semblait a nouveaux le mien et non une enveloppe de crasse.
Siegfried me fis un signe de tête et se mit a marcher,je compris que je devais le suivre,depuis la bataille mes amis ne me parlaient plus,même quant je leurs ai demandé si ils avaient rejoint les partisans de Philipe ils n’avaient pas répondus ,au final je fut guidé dans une grande pièce joliment orné avec au centre un trône .

Le roi de Hongrie se tenait devant moi, habillé de ses plus beaux effets il me regardait de manière étrange mais affichait une grand sourire, il demanda a un garde de me donner un siège et me fis asseoir a quelques mètres de lui sans autres formes de politesse et me parla tranquillement.

-Je ne veux pas vous faire de longs discours, si vous êtes encore en vie c’est car j’ai besoin de généraux brave et talentueux et que je vous propose en échange de votre liberté que vous vous mettiez à mon service.

Je réfléchissais un instant, cette proposition était tentante, je serais haut gradé et je resterais en vie mais ma loyauté envers l’ordre était plus fort, je me contentais donc d’un simple : jamais.
Le roi pris une attitude désolé et me répondis qu’il se doutais que ma réponse serait celle la et me demanda ce que je ferais si on me libérait, je répondis avec franchise me doutant que mentir serait inutile

-je rejoindrais l’ordre et lutterais jusqu'à la mort afin de me racheter de cette défaite à Budapest !

-je n’en attendais pas moi de vous mais le bémol est que votre ordre as été éradiqué et ses membres massacré ….

-je ne croirais jamais les mensonges des païens, mon ordre a perdu une bataille mais gagneras cette guerre et feras triompher la parole du pape en ces régions !

J’entendis un rire dans le fond de la salle et reconnus celui d’Alexandra, ensuite un profond soupir et mon ami danois s’approcha de moi et me parla enfin :

-L’ordre a perdu chacune des batailles qui se déroulaient en Hongrie en même temps que celle de Bucarest, les hérétiques ont vaincus chacune de nos armées par la fourberie et on traqué chacun des survivants, notre commandant lui-même est parait il mort et l’ordre avec lui …

Les paroles de Siegfried me firent l’effet d’un coup de poing, je connaissais trop bien ce chevalier pour qu’il puisse me mentir mais dans sa voix aucun mensonges ne m’avais choqué, je ne pouvais croire que l’ordre était vaincu, nous étions si nombreux et nos forces si puissantes que c’était impossible.

-tu as été berné Siegfried il est impossible que l’ordre soit tombé, tu as crus les mensonges de ces chiens et les as rejoints, tu as embrasé leurs folies !

Je vis le visage de Siegfried changé et refléter la déception,je vis ensuite Alexandra s’avancer vers moi et me gifler de toute ses forces,je me relevais directement mais fut rassis par une droite du danois.
Me relevant avec hâte je réunis mes deux mains pour envoyer un solide coups au visage de Siegfried qui fit un pas en arrière mais une lance vint me frapper a l’arrière de la jambe et me mit a genoux, mon amis tenait sa mâchoire tandis qu’Alexandra posa ses deux mains sur mon épaule blessé et se mit a pousser de tout son poids dessus.
Elle me parla avec colère :

-c’est toi qui est idiot, tu es tellement fanatisé par ton ordre que tu ne comprends pas que dieu ai pus vous punir de vos injustices et pourtant c’est le cas, chacun des membres de l’ordre ont été traqué par les rebelles et Guy vous a reniez et fais exécuter tout les chevaliers divins présent sur ces terres même ceux de Kastély

ces paroles eurent un effet d’abrutissement complet,il n’y avait aucune raison de me mentir dans la situation actuel alors pourquoi le ferais elle ,l’ordre était donc détruit ,après tout c’étais normal nous avions cesser de représenter dieu et il nous avait punis .
La prise sur mon épaule se relâcha et le roi me demanda a nouveaux ce que je pensais faire en cas de libération, cette fois je ne trouvais rien a répondre, il sourit et me proposa de nouveaux de devenir l’un de ses généraux, je répondais a nouveaux par un signe de tête voulant dire non et il me demanda tout en restant courtois ce que je comptais faire de ma vie.

-je resterais fidèle à mon serment et je lutterais contre les ennemis de l’ordre que ce soit vous ou votre frère pour lui faire payer sa trahison…

-et quel est ton but ?pourquoi te bas tu ?

Cette question était judicieuse, pour quel raison faisais-je couler le sang, brisais-je des vies et versais mon sang ? La soif de justice peut être, non vus que si c’était le cas j’aurais quitter l’ordre alors pourquoi ?

-La soif de sang sans doute, il l’a bien montré à Budapest…

Ainsi avais parler Alexandra, elle avait répondu a ma place mais sa réponse me semblait malheureusement être la bonne, la soif de sang, de toujours risquer de mourir mais de tromper la mort et de prendre la vie de mes ennemis comme la faucheuse elle-même, ne suis-je donc qu’une bête avide de sang et de gloire ?
Le roi me redemanda si je ne voulais pas être un de ses généraux, je répondais une nouvelle fois que j’avais prêté serment, il poussa un soupir et pris un ton grave

-bien, normalement un prisonnier ne servant a rien est soit relâcher soit exécuté mais si je vous relâche simplement j’aurais un ennemis de plus et si je vous exécute j’aurais la mort d’un brave de plus sur la conscience je vous propose donc une chose :

Je lui jetais un regard interrogatif et il me souri

-dans quelques jours j’organise un tournois de chevalerie dans ce château afin de délasser le peuple et le récompenser de son soutien,les tournois auras pour trophée un grade de général ou bien si vous le gagnez votre liberté ou bien sur ce grade si vous le désirez …

Quel offre, j’avais l’occasion de regagnez ma liberté de manière complètement honnête et même honorifique, je souris du mieux que je pus reconnaissant de cette offre et me contenta d’un : d’accord

-bien, les participants seront des soldats cherchant a être gradé et donc ils seront très nombreux et le système sera par élimination, il y aura des joutes équestres et des combats a pied, que voulez vous faire exactement ?

-je suis plus habile a cheval mais je n’ai plus de monture … je combattrais donc a pied

-je sais, j’ai assister a la mort de votre monture, même morte elle semblait être un titan ,si vous le désirez vous prendrez mon cheval et ainsi vous pourrez faire les deux compétitions afin de prendre moins de risque ,mais je vous préviens :les deux finales seront des combats a mort.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:53

Arf voici donc le bémol, je devrais me battre a mort pour gagnez ma liberté, mais qu’importe une mort glorieuse ou une vie gagné par l’épée vaux mieux qu’un emprisonnement perpétuel.

-bien seigneur j’accepte, merci de vos offres généreuses, en d’autres temps j’aurais été fier de servir un homme tel que vous …

-et moi d’avoir a mon service un homme d’honneur tels que vous sergent, maintenant je vous demanderais de me laisser j’ai un conseil militaire dans quelques minutes, un artisans viendras prendre vos mesures pour la confection d’une armure pour les combats.

Je fus reconduis tranquillement a ma cellule par Alexandra et Siegfried qui ne semblait pas me tenir rancune du coups reçus, finalement en chemin je lui demandais pourquoi il avait renié l’ordre il me répondis simplement :

-L’ordre est mort, je ne le trahis donc pas en servant la cause de la justice afin de faire régner la paix dans ce pays …

Ces paroles étaient vraies mais le manque de noblesse de la part de Siegfried qui changeait si facilement de maître me choqua mais je savais que c’était sûrement plus par affection pour Alexandra qu’il avais fais ce choix : son affection se lisait dans ses yeux, je savais qu’il l’avais protégé durant toute la bataille et avais subis plusieurs blessures pour s’assurer la sécurité de son amie.
Quelques heures plus tard je pouvais voir de la fenêtre les premiers préparatifs des tournois se déroulant dans un grand champs non loin de la forteresse, au fil des jours l’ensemble prenait de plus en plus forme, Siegfried me conduit plusieurs fois a l’écurie afin de me familiariser avec ma future monture : un étalon, de couleur brune donc les pieds étaient noire, il était de très grande taille et presque aussi large que mon défunt Fenril, une autre monture d’exception.
Je pus aussi récupérer ma claymore afin de refaire quelques exercices, ma blessure au bras étant plutôt handicapante, je pus même m’entraîner a manier ma lame en étant sur ma monture mais entouré de gardes a toutes les issues, je m’entraînais ainsi de manière intensive quelques jours dans la cour du château.
Malgré mon statut de prisonniers les autres soldats étaient amicaux avec moi et me complimentait souvent sur mon adresse, me demandant même parfois des conseils, Siegfried s’entraînait lui aussi toujours asser prêt afin de garder un œil sur moi, il participerait aussi a ce tournois afin de prouver sa valeur et peut être même d’être grader.
Nous ne parlions pas beaucoup mais prenions tous deux plaisir a s’entraîner ensemble, nous fîmes même quelques entraînement ensemble a l’épée, Siegfried était un adversaire redoutable et le meilleurs épéistes que je ne vit jamais mais je parvenais a lui tenir tête, je maîtrisais parfaitement le combat a pied même si le combat équestre restait ma spécialité.
Une armure me fut confectionnée sur mesure, je ne porterais pas de heaume mais un plastron, une pansiere, et les protections des bras et jambes mais pas de dos afin de limiter le poids, je fut autorisé a prendre deux armes, je choisis donc un fléau d’arme car si le combat a pied se faisait uniquement a l’épée et a la hache, le combat équestre se poursuivais même si on était désarçonné et tout les armes étaient permis même les arcs.
La première part du duel était un choc frontal a la lance , 2 passages et si aucun des deux ne chute un dernier avec combat a pied,le dernier combat serait sans règle donc si l’un est désarçonné l’autre peux l’achever en restant a cheval.

Finalement la veille du tournois je revis le roi, il me proposa a nouveau de rentrer a son service mais je n’eu pas besoin de répondre pour qu’il comprenne, il se contenta comme réponse d’un petit soupir et d’un sourire chaleureux et me souhaita bonne chance pour le tournois
En effet la veille je fut réveillé fort tôt et pus me lavé intégralement, enfilant ma cotte de maille et une nouvelle tunique identique mais en meilleur état que l’autre, Alexandra elle-même me servit d’écuyère et m’aida a mettre mon armure, je ne fus armé qu’une fois a cheval, je rejoignais le lieux du tournois, entouré de 5 gardes tout autour de moi si j’avais voulu fuir.
En tout seul vingt jouteurs étaient présent dont moi ,il y aurait 10 combats et ensuite chaque vainqueur affronterais un autre,ensuite le combat a pied auquel je devais participer avec une cinquantaine de combattant et les mêmes règles mais la il suffirait de désarmer l’ennemis .

Le tournoi commença tôt dans la journée, je fus l’un des premiers à combattre, ma monture était parfaitement calme et je maîtrisais parfaitement la joute pour en avoir fait plusieurs tournois à l’époque ou je m’entraînais aux armes mais malgré tout, le temps avait atténué mes réflexes.
Le tournoi était organisé dans la plaine, une large estrade était faite pour le roi et son entourage tandis que des cordes délimitaient le terrain du tournoi, la populace de tout le village était réunie afin de voir les chevaliers s’entretuer dans la joie et la bonne humeur.
Je me tenais sur ma monture, mon armure était si dense que j’étouffais sous la chaleur et le poids, ce malgré mon habitude a mes coté Siegfried était le premier a combattre, il désarçonna son ennemis dés la première charge grâce a la puissance de sa monture et de son bras, il affrontait une adversaire a l’allure bien chétive comparé a lui et le ne fit pas le poids, il comprit qu’il n’aurait aucune chance et abandonna directement après la première frappe.

Ce fut ensuite a mon tour, je reçus une lance qui était bien plus légère que je le pensais ayant été habitué a manier de armes fort lourdes mais en face mon ennemis : un soldats dont le visage trahissait l’age a peut prêt égal au mien, avais du mal a tenir droit sa lance par manque de force, le signal fut donné.
Je talonnais vivement ma monture et visait un point précis : la poitrine, ma monture avait un galop rapide mais stable ce qui me permis de frapper exactement ou je le voulais, mon ennemis quant a lui brisa sa lance sur la lice n’ayant pas si la lever au bon moment, les deux chocs violent simultané le firent tomber de cheval.
Je pus voir en tournant la tête que sa crâne toucha violemment la lice dans sa chute,un juge de lice accouru vers lui et le jugea inapte a continuer :j’avais remporté mon premier combat avec une facilitée déconcertante .

Les combats se succédèrent et finalement il ne restait déjà plus que la moitié des participants, j’affrontais encore un ennemis, je parvint finalement a le vaincre en le mettant a terre a la dernière lance, j’étais ébouillanté sous ma cuirasse et mon bras gauche était endoloris par les chocs, finalement je parvient a me qualifier pour le quart de finale ainsi.
Mon adversaire n’était autre que Siegfried, il se tenait de l’autre coté de la lice, sa carrure imposante protégé par son armure lui donnait l’aspect d’un géant d’acier et sa monture était presque aussi impressionnante, au même moment nous levèrent notre lance pour montrer que nous étions prêt et nous élancions.
Ma monture était d’une vitesse étonnante et Siegfried fut surpris a la vitesse a la quel je le rejoignait au centre de la lice et n’eut pas le temps de bien aligné sa lance, il ne me toucha pas et reçut ma lance en plein plastron mais bougea a peine sous l’impact.
Je rejoint l’autre coté de la lice et reçus une nouvelle lance, ébahie par le manque de réaction de mon terrible opposant,ma touche me rapportais 2 points ,une touche au bras en donnait un et si l’on touchait la monture ou lâchait la lance ,on en perdait un .

Un nouveau départ fut donné et nous nous élancions a nouveaux, cette fois Siegfried parvint a me toucher en plein plastron tandis que je ne touchais que ses bras, le choc fut très violent et cette première touche faillait me faire vacille de cheval, le score était de 3 a 2, j’avais l’avantage mais je n’étais pas sur de pouvoir le conserver.
Je reçus ma dernier lance et scruta la regard de mon amis, il était tout sourire, il était normalement fantassins mais se débrouillait bien a cheval et semblait fier de ses prouesses, je levais ma lance, et le galop de monture retentit.
Le choc fut extrêmement violent,la lance m’atteignit une nouvelle fois en plein cœur ,tandis que la mienne touchait une nouvelle fois le bras de mon ennemis ,mon souffle fut coupé sous l’impact et tournait mon visage incrédule vers Siegfried et je pus voir sa lance tomber a terre,il avait été frappé deux fois au même endroit et n’avais pas sus résister au choc .
Mon combat de demi finale n’eut pas lieu mon adversaire s’étant casé un bras en chutant lors de son dernier combat, le duel suivant serait donc a mort celui-ci, je prenais ma claymore dans le dos et mon fléau a la ceinture et retirait les protections de mes jambes me privant trop de mobilité.
Siegfried vint me souhaiter bonne chance, il semblait bon perdant et me dis que je devais vivre pour perdre lors du combat a pied, je me contentais de lui sourire avant de le quitter et de me mettre en position, je pris ma claymore a deux mains et attendit mon adversaire,il était plutôt grand et imposant mais moins que Siegfried,il était armé d’une hache a la ceinture et d’un pique a l’autre,il portait une armure intégrale et je ne pouvais voire son visage,je levais mon épée et lui sa lance et le combat commença.
Cette fois il n’y avait pas de lice et avions un large espace pour lutter, je me dirigeais vers lui au galop et il se précipita aussi vers moi, mais il s’arrêta a quelques mètres et me lança directement son javelot, le pique passa a quelques centimes de mon bras gauche et je m’abaissais par réflexes, je jetais un regard derrière moi pour m’assurer que ma monture n’était pas touché et évita de justesse d’être décapité.
L’ennemis avait détourné mon attention afin de pouvoir me raccourcir d’une tête mais me rata mais il enchaîna directement un coups de revers dans ma nuque, le choc dans mon cous fut si dur que je tombais de cheval, je me relevais le plus rapidement possible et pus voir mon ennemis ayant récupéré son javelot galoper vers moi.

Je rengaina ma lame et pris mon fléau, mon ennemis passa tout prêt de moi et tenta de me lancer son javelot mais je fit un bond en arrière ce qui n’empêcha pas ma jambe d’être largement ouverte par la lame.
Poussant un cri de rage je pris a deux mains mon arme et frappa la jambe de mon ennemis encore a cheval qui était tout proche, le fléau fracassa la jambe du malheureux qui émit un grand bruit.
Mon adversaire bien que protégé par une grande jambière fut désarçonné par la douleur, il tomba non loin et me hâtais de me jeter dessus, il se releva avant que je sois sur lui et évita une lourde frappe en faisant un saut de coté, il enchaîna avec un coups réflexe : il prit sa hache et voulus me trancher le coup mais frappa dans la lame de la claymore qui était dans mon dos
Je me retournais avec fureur et frappa son casque de toutes mes forces, la boule d acier déforma le heaume sous l’impact, mon ennemis tomba a terre et je m’empressais de donner un nouveau coups dans le casque qui fut complètement renfoncé sur lui-même.
Je tirais ma claymore de mon dos et l’enfonçais a l’endroit du cœur de mon ennemis : j’avais gagné, poussant un soupire de soulagement je tombais cus a terre, ma jambe refusant de me porter plus longtemps.
Siegfried vint vers moi et me demanda comment j’allais, «pas trop mal » répondais je en essayant de ne pas montrer la douleur qui torturait ma jambe, il me demanda si je serais en état de combattre a pied, je lui répondis que non après tout j’avais gagné ma liberté et je ne comptais pas risquer ma vie pour rien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:54

Le roi se leva de sa tribune d’honneur et déclara que j’étais le gagnant, la populace se mit à m’applaudir et a poussé des cris de joies tandis que je me relevais aidé par mon ami.
Le roi me rejoint et me dis que j’avais gagné ma liberté mais que je devrais maintenant lutter pour conserver ma vie dans le combat a pied mais Siegfried lui dis que je ne serais pas en état de lutter plusieurs combats ce a quoi le roi répondis que je devrais seulement lutter en finale contre les deux finalistes dans un combat a 3.
Je soupirais, frappé par cette injustice mais il était vrai que j’avais promis de lutter aussi a pied mais je doutais pouvoir faire autre chose que mourir dans ces conditions,je fut invité par le roi a me joindre a lui dans son lieu d’observation ou ma jambe serait soignée .

Je montais difficilement les marches en bois et me retrouvais assis au milieu des généraux du roi qui applaudirent ma vaillance, j’assistais a tous les combats a pied tandis que ma blessure était soignée par le médecins déjà connus.
Je pouvais voire les combats de loin et compris facilement qui seraient les finalistes : mon ami Siegfried et un personnage a l’allure un peu efféminée qui se battait a l’aide d’une rapière et était d’une rapidité surprenante, il me fut désigné comme un généraux du roi Guy qui avait refusé de payer sa rançon.
Siegfried se tailla une place jusqu’a la finale grâce a sa force tandis que c’était la technique du général qui portais le surnom du « Grec » en hommage au tendance libertine de ce peuple, qui lui avais permis de se hisser en finale, chacun des combattants devaient s’armer des deux armes, je prenais naturellement ma claymore et le fléau tandis que Siegfried prenait l’épée et la hache et notre opposant la rapière et le bouclier.
Siegfried et mon autre ennemi ne portaient plus du tout d’armure et j’ôtais aussi les protections de sorte que seul ma cotte de maille me protégeait, le combat débuta, je lançais un regard a Siegfried qui semblaient pressé d’éliminer le Grec vus la manière dont il se rua sur lui.
Le grec se protégea derrière son grand bouclier des coups de son ennemi en attendant une occasion de répliquer, pendant ce temps je le contournais de sorte qu’il me tourne le dos mais soudain il me vit et se tourna subitement vers moi, exposant ainsi son dos a Siegfried qui le lui fendit en deux.

Je put voire la lame de la hache ressortant de la poitrine du malheureux, notre comportement manquait de noblesse mais était la solution la moins risquée, Siegfried se tourna vers moi, dans une mains il tenait sa hache et dans l’autre son épée tandis que j’agrippais mon fléau.
Je fis un mouvement de moulinet pour donner un nouveau coup, tandis que Siegfried croisa ses deux armes et parvint à bloquer mon assaut en immobilisant ma chaîne, il tira d’un coups sec et failli me faire lâcher prise mais je parviens a garder mon arme mais mon adversaire que je connaissais si bien était d’une force au moins égal a la mienne.
Siegfried usa de toutes ses forces afin de me faire lâcher prise mais je tenais bon, cependant ma blessure au bras et celle de ma jambe me donnais un désavantage certain, comprenant que je ne pourrais tenir ainsi longtemps, je lâchais donc mon arme afin d’étonner Siegfried qui tirant de toute ses forces fut entraîné en arrière, je dégainais ma claymore et frappa le plus rapidement possible.
Siegfried dont l’habileté n’avais d’égal que la force, se protégea de sa hache qui fut brisée sous l’impact, Siegfried enchaîne par un coup d’épée qui failli me percer le flanc mais il ne me toucha pas, je fis un bond en arrière afin d’esquiver le coups et je tentais un nouveaux coups vertical qui fut paré facilement.

Un formidable duel commença, chacun de nous utilisions toutes nos forces afin de vaincre mais nos lames s’entrecroisaient sans désigner de vainqueur, toute fois la fatigue et les blessures commençaient à m’épuiser, je sentais mes blessures se rouvrirent et le sang commençait a humidifier mes bandages, je le sentais le sang et la douleur ne tarderais pas a m’affaiblir.
Rien a faire, j’étais perdu, mes blessures accompagnées de la fatigue ne me laissaient aucun espoir de victoire, Siegfried semblait avoir sentis le vent tourné, il souriait maintenant pendant le combat, il me proposa de me rendre, cette situation aurait été la plus simple et la meilleur, mais que resterait il de moi si mon honneur était ainsi bafoué par ma propre faiblesse …
Je refusais et me lançais a l’assaut mais Siegfried était bel et bien le plus puissant, il parvint a me contenir et eu plusieurs occasions de me vaincre mais il préféra me laisser vivre afin de m’humilier visiblement.
Je continuais a me battre mais malgré tout, Siegfried attendait toujours que j’abandonne mais il finit par choisir une nouvelle politique, a chaque assaut il me frappa, m’affaiblissant ainsi il finit par me faire mettre genoux a terre, je ne pouvais plus lutter, j’étais trop faible, je serais toujours trop faible et jamais asser fort…
Mon genou était au sol, je ne tenais plus mon épée que de la main gauche et n’avais plus la force de me relever, Siegfried pointa sa lame sur ma gorge et m’ordonna d’une voix solennelle d’abandonner, je ne répondais pas et il se mit a parler de plus en plus fort, me disant de ne pas le faire choisir entre ma vie et son honneur déjà bafoué.

L’honneur : tout ce qu’il me restait, j’avais été vaincu par les armes et mes blessures et la victoire s’était éloigné seul ma fierté était encore intact et je préférais la mort que le déshonneur.
Siegfried m’observait, un peu méprisant, il avait compris que je ne renoncerais pas et après un long soupir souleva sa lame et frappa d’un coups sec,je fermais les yeux par surprise quant une immense douleur ,m’emplit le crâne ,j’ouvrais mes yeux et pus voir le sang dégoulinant a terre ,usant de l’éclat de ma lame je vis mon visage,une profonde blessure d’où se déversait mon sang le balafrait .
Je lâchais ma lame et tentait d’empêcher le sang de s’écouler et cherchait d’un regard plein de haine Siegfried dont je vis la lame planté dans le sol non loin,il avait donc abandonné ,ce geste était celui du vaincu ruminant déjà sa défaite …

Philippe s’approcha de moi et leva mon bras, me déclarant vainqueur, la foule poussa plusieurs cris de joie parfois mais surtout d’incompréhension, le médecin royal s’approcha de moi et me tamponna le front avec un tissus recouvert d’alcool, je le repoussais et me relevais avec l’appuis du roi qui me glissa un petit : tu pourras venger ton honneur et surpasser ton rival en menant mes troupes a la victoire.
Je ne lui répondais rien, je fus soigner et le roi en récompense de mes victoires me rendit la liberté et m’offrit sa monture, je passais quelques jours au château, me reposant et laissant un temps de répits a me blessure, celle de mon visage était finalement asser petite et était juste au dessus de mon nez (style Squall).
Le quatrième jour après le tournoi je me rendis auprès du roi pour me mettre à son service, finalement je servirais ce roi généreux et mettrais a mort les artisans de la destruction de l’ordre : Guy le lâche abandonnant nos troupes et le Svarog, ennemis sans honneur osant interrompre un loyal combat.

Je vengerai mes hommes tombés au champ d’honneur et ferait connaître la terreur aux chiens de Guy qui se souviendront de leur trahison immonde.
Le roi fut ravis de ma décision et me donna le poste de commandant, Siegfried avait lui aussi été élever a ce grade prestigieux mais afin de mener l’infanterie et moi la cavalerie.
Je le rencontrais plusieurs fois, il ne semblait pas m’en vouloir et me félicita plusieurs fois pour le courage dont j’avais fais preuve au combat, je sentais malgré tout sa colère, je l’avais privé de sa victoire et voici deux fois qu’il sacrifiais sa fierté pour me sauver la vie, je n’aurais jamais eu ce courage je pense …
Je fut donc nommé officier et fis la connaissance des autres soldats, ils semblaient impressionné par la manière dont je m’étais battus et furent heureux d’avoir un commandant qui sois de la même race qu’eux, celle des soldats qui risquent leur vie au combat et non ceux qui se cachent derrière leurs troupes.

Une mission me fut confiée quelques jours après mon avancement, reprendre la citadelle de Kastély que je connaissais si bien, les troupes du roi Guy présente dans le châteaux avaient été fortement affaiblis lors d’un assaut d’une troupe de pillards et il restait a peine deux cents hommes pour garder le château ,les habitants désireux de venger leurs morts se rebellèrent et profitèrent de la nuit pour mettre a mort les soldats et prendre le contrôle de la place forte .
Mais une armée de 500 soldats Hongrois assiégeaient maintenant le château, cette fois-ci je devais mener les troupes du roi afin de faire lever le siège aux ennemis, cette fois les rôles étaient inversé et cette fois ce ne seront pas mes cavaliers qui renonceront a l’honneur et fuiront tels de lâches …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:54

Je commanderais 100 cavaliers légers et 50 lourds, le roi ne pouvait pas se permettre de prendre le risque de perdre plus d’homme malgré l’arrivé quotidienne de nouvelles recrues, Siegfried commanderait 200 fantassins dont une bonne part de vougiers tandis que Alexandra donnerait les ordres a une petite centaine d’archers.
Parmi mes cavaliers la majorité étaient ceux que j’avais sous mes ordres a la bataille précédente, je connaissais donc la valeur de ces hommes qui connaissaient la mienne, la forteresse que nous devions aidé était a plusieurs jours de marche a pied, environs 2 ou 3 jours selon les conditions météo et environ 36 heures a cheval.
Chaque soldat avait un petit matériel pour se nourrir qu’il devait transporter en plus de ces armes ce qui impliquait un poids considérable ce qui ralentissais la marche, mais le roi avaient payé plusieurs paysans pour qu’ils nous accompagnent avec de la nourriture et abondance et des fourrages, cela coûtait cher mais les hommes étaient heureux qu’on se soucie tant de leurs estomacs qu’ils acceptèrent de marcher le plus rapidement possible et de limiter a deux arrêts par jours pour se nourrir .
Je chevauchais a l’avant des troupes, ma claymore dans le dos, mon fléau a la ceinture avec mon coutelas et une lance marqué du signe des chevaliers divins, le roi m’avais permis de rappeler ainsi mes origines et les raisons de mon combats, j’étais entouré de 20 soldats lourdement armée qui constituaient ma garde d’élite et me servais aussi de guide dans ces territoires inconnus.
Siegfried et Alexandra étaient en retrait en train de parler, Siegfried était recouvert d’une armure dont seul la tête dépassait et Alexandra d’une protections de cuir et de mailles, quant a moi je parlais stratégie avec mes soldats.
Le voyage se fit sans encombre et nous ne rencontrâmes aucune patrouille ennemie, l’on m’expliqua que les adversaires pensaient les partisans de Philippe vaincu et que notre attaque serait le premier signe de leur erreur, tandis que nous n’étions plus qu’a quelques heures de marche j’envoyais des éclaireurs qui revinrent dans la nuit.
Je me reposais dans ma tente, un soldats aiguisait mes armes, je n’étais pas habitué a temps d’honneur mais je les appréciais a leur juste valeurs, les éclaireurs rentrèrent dans ma tente après s’être présenter, je les invitais a s’asseoir et leurs vida a tous deux une grande chopine de bière de la réserve du commandant.
-les ennemis sont plus nombreux que prévus, environ 600 et bien armé, mais aucune cavalerie et presque uniquement des fantassins, seul le général possède sa garde, l’infanterie légère a part une centaine de chevaliers en armure.
Je réfléchissais quelques instants ,450 guerrier donc 150 cavaliers contre 600 fantassins, le combat semblait plutôt équitable et avec l’effet de surprise s’était tout a fait jouable.
-bravo soldats, vous serez récompenser gracieusement pour vos bons services, je leurs tendis a chacun une petite bourse, il est important de savoir se faire aimer de ses troupes, mais il faut aussi se faire craindre de ses adversaires et ne pas paraître faible aux yeux de ses subordonnés.
Je fis appeler Siegfried et Alexandra, je leurs répétait les dires de l’éclaireur et donnais mes ordres, Alexandra harcèlerait les ennemis avec ses archers, les ennemis n’auront d’autre choix que de charger ou continuer a perdre des troupes, Siegfried devra tenir le choc et protéger les archers tandis que contournant la mêlé nous frapperons de dos, sauf mes cavaliers lourds qui frapperont le flanc droit afin de le sensibiliser a l’avance.
Il faudrait abattre le général afin que ses troupes cèdent a la panique, ce serait la mon rôle, une fois le cerveau tombé les soldats perdront tout courage, il n’y a rien a faire, si les ennemis ne se lancent pas tous a l’assaut de notre infanterie ils perdront trop d’homme par les flèches et si ils le font ils s’exposeront trop a notre cavalerie.
Le lendemain après une nuit de sommeil réparateur, nous repartîmes, quelques heures suffirent à arriver en vue de la citadelle, les légions Hongroises étaient proches de nous et semblaient être prévenus de notre venue, les fantassins étaient en ligne droite sur 2 rangée avec en retrait le général adverse et sa garde
Les soldats ennemis étaient bien armés et portaient des cottes de mailles, ils étaient principalement armés de vouges ou de haches mais comme prévus aucun archers ou tirailleurs d’aucune sorte.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:55

Récit de Richards Wallace :

Je me nomme Richards Wallace, chevalier venus de ma lointaine écosse afin de lutter contres les infidèles et servir dieu, je fus recruté en France dans l’ordre des chevaliers divins et me joignit a sa lutte, je fus incorporé a la première armée et servit comme cavaliers dans plusieurs batailles, notamment celle de Budapest ou je fus mis aux ordres du sergent Adrian Gordon, un compatriote au sens de la justice et a la force hors du communs.
Je luttais sous ses ordres pour la deuxième fois en réalité car j’avais déjà servis sous son commandement lors d’une embuscade quelques semaines plus tôt, j’avais eu l’occasion de le voir combattre et vaincre nombres d’ennemis tandis que je le couvrais de mes flèches avec d’autres archers montés.
Le sergent avait été brave et accomplis sa mission malgré des pertes considérable, il eu donc la charge de mener une part de notre cavalerie lors de la bataille de Budapest, j’étais parmi cette troupe, je fus une nouvelle fois frappé par la force et la bravoure du sergent qui se battait avec une ardeur incroyable néanmoins il fut obligé d’annoncer la retraite.
Nos alliés étaient vaincus et l’assaut surprise d’une immense armé d’hérétique rendait toute victoire impossible et l’honneur passait après la vie du moins la notre car le chef bien que nous ordonnant la fuite il continua a lutter seul mais il fut finalement mis a terre et le roi Philippe que nous combattions a ses coté afin de nous assurer notre survie et il sauva la vie du sergent qui lui aussi se mit a son service et fut gradé au grade de commandant.

Le commandant Gordon fut rapidement chargé d’une mission et je fus mis une nouvelle fois sous son commandement ainsi que les autres cavaliers ayant servis l’ordre, je fus d’ailleurs incorporé à sa garde personnelle, je devrais protéger ce terrible guerrier, nous fumes prévenus que la tache serait ardue car ce fier homme du nord avait l’habitude de se jeter au cœur de la mêlée.
La petite armée dont je faisais partis se mis en route pour rejoindre la citadelle de Kastély ou des paysans se défendait contre les hordes hongroises, nous étions commandé par le commandant Gordon mais aussi par le commandant Staufen et sa compagne, ils nous menèrent a quelques lieux du château et nous fîmes part de leur plan de bataille.
Les autres soldats étaient majoritairement des patriotes ayant soif de gloire et de justice mais rares étaient ceux a avoir déjà combattu, ils étaient bien armés et entraînés mais ne connaissais pas la peur du champs de bataille, le doute et la souffrance, pour eux le combat était seulement une manière de se glorifier, nous autres, vétérans étions de véritables dieux pour ces hommes.
Les troupes portaient une confiance sans faille en nos commandants, reconnus a l’unanimité comme de vaillants soldats, a la force et au courage véritable, nous savions tous que nous lutterions en sous nombre mais nos chefs surent trouver les paroles pour nous redonner le courage et galvaniser par ces grands soldats nous attendions l’heure du combat.
Néanmoins quant nous vîmes les troupes de l’ennemis face a nous, de nombreux soldats se mirent à douter et à gémir, mon compatriote ressentant le doute de ses troupes, sus trouver les mots justes, je me rappelle encore son discours, il rappela a chaque soldats ses raisons de lutter, famille ou femme aimé a défendre, goût du sang, envie de gloire ou de butin, il semblait connaître la motivation de chacun.
Notre seigneur était vraiment un grand meneur d’homme ,ses paroles associés a sa réputation de grand guerrier encouragea ses troupes a donner le meilleur d’elles mêmes ,ce qui nous offrit la victoire .
Voici comment se passa la bataille :

Les ennemis avertis de notre présence formèrent un bloc défensif qui fus la cible de nos archers, ils purent décimer les troupes a distances, jusqu’à ce que le général adverse décident de lancer l’assaut, Adrian Gordon ordonna aux cavaliers lourds de contourner l’armée ennemis par le flanc droit tandis que aidé par les cavaliers légers nous contournions les adversaires afin de nous retrouvez derrières eux.
La pente abrupte rendait la progression des ennemis fort lente et les flèches laissèrent derrière l’armée un long cheminement de cadavres, nos cavaliers légers armés d’arcs purent aussi harceler le flanc de l’ennemi.
Le commandant Gordon galopait à nos cotés tandis que Staufen avait mis en place la ligne défensive, une fois l’ennemi trop proche les archers vinrent se placer derrière la première ligne d’infanterie composé de piquiers, tandis que la seconde ligne était les épéistes et les hacheurs.
Les ennemis tombaient par dizaines sous les flèches, ils se regroupaient de plus en plus, formant ainsi une cible encore plus facile, ils attaquèrent le centre de nos lignes, la seconde ligne sous les ordres du commandant Siegfried vint aider le centre de notre infanterie tandis que les flans se lançaient dans un encerclement des cotés.
Les ennemis ainsi repoussé a coups de lance étaient les proies des flèches mais nos guerriers bien que brave ne pouvaient contenir une telle multitude, le commandant Gordon ordonna donc la charge de la cavalerie lourde pour soutenir le flanc droit tandis que sa garde et les cavaliers légers attaquaient de dos.

Notre chef dégaina sa claymore et se lance a l’assaut, il chevauchait juste a mes cotés, il fit tournoyer sa lame d’une mains avant d’abattre son premier ennemis, un pauvre vougier dont la tête sauta des le premier coups, il se mit ensuite a taper en tout sens, se frayant un large chemin dans les rangs ennemis, je comprenais enfin ce dont on m’avait parler considéré sa témérité…
Le commandant se retrouvait seul au milieux d’une foule d’ennemis mais en abattait un grands nombres, mais néanmoins il fut mis a terre par un coups de lance, je me précipitais pour le secourir mais une fois a terre notre chef balaya ses opposants de sa lame, je pus néanmoins voir qu’il était blesser a la jambe, d’où sa chute de cheval.
Quant a moi, armé de ma lance je perçais plusieurs guerriers, nous autres cavaliers faisions des ravages dans les forces ennemies, attaqué de tout cotés ils se faisaient décimer sur tout les flancs, exposé aux flèches et a nos lames, les adversaires étaient fichus d’avance.
La moitié de la horde ennemie étaient déjà vaincu quant nous vîmes un groupe de cavalier s’échappé de la mêlé : 5 soldats quittaient le champs de bataille, dont le général, ils parvinrent a se frayer un chemin sur le flanc gauche fortement affaiblis, ils furent suivis par la majorité de leurs soldats.
Le commandant Gordon trop occupé a lutter ne se rendis pas compte de la situation et il fallu plusieurs minutes pour qu’il se rende compte qu’il restait moins de deux cents adversaires, il ordonna a tous les cavaliers de poursuivre les fuyards, tandis qu’il ordonnait a tous de cesser le combat.
Les guerriers cessèrent de s’entre déchirer et les ennemis laissèrent tomber les armes, c’était la reddition, le commandant Gordon fis regrouper les ennemis et attendis que les cavaliers ramènent les ennemis s’étant enfuis, il avait subis seulement la blessure a la jambe tandis que ses armes étaient teintés de sang, il fit mettre en ordre les troupes et achevez les blessés trop graves.

Les cavaliers légers ramenèrent une vingtaine de fuyards, les autres ayant refusé de stopper leurs courses avaient été abattus, au total 217 ennemis avaient survécus au combat, connaissant la réputation du commandant je craignais qu’il ne les relâchas mais finalement il les fit exécuter, je ne m’expliquais pas ce choix, je le compris rapidement quant je sus la mort du grand Siegfried Staufen.
Chaque soldat pleura la mort de ce grand homme de guerre, son courage et sa sympathie avaient déjà assuré sa popularité dans notre armée mais le dieu Thor avait visiblement rappelé un autre brave auprès de lui …
Au total 178 des notre étaient tombés dont 30 cavaliers, ils furent inhumé avec les honneurs tandis que nous autres survivants purent piller les dépouilles de nos opposants, récupérant bourses, armures et armes
Nous pénétrâmes en héros dans la citadelle, les habitants avaient perdus tout espoir de victoire mais nous avions fais renaître l’espoir, les villageois furent généreux envers nous et la majorité des soldats furent hébergé par les habitants.
Le commandant Gordon visiblement atterré par la perte de son ami fit informer le roi de la prise de la cible ; une semaine après Philippe était à nos portes avec une grosse centaine d’homme.
Le commandant Gordon se vit confier une nouvelle mission et il prit la tête de la totalité des cavaliers, nous devions attaquer une armée du roi de Hongrie, cet armé devait a la base venir renforcer les assiégeants mais n’étant par au courant de la débâcle ils continuaient a faire route vers Kastély.

Le roi étant fort satisfait de la prestation du commandant il fit doubler le salaire de notre chef,le roi lui aussi semblait fort peiné de la mort du danois mais utilisa cette mort héroïque pour motiver les troupes en criant a la vengeance …
Nous reprîmes donc une nouvelle fois la route afin d’aller lutter contre les hordes hongroises …
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:55

Récit d’Adrian Gordon.

Finalement la bataille se déroula exactement comme je l’avais espéré ,notre domination fut totale et nos pertes minimes ,mais malheureusement Siegfried fut tué lors de ce combat… il avait été isolé du reste des troupes et avaient terrassé de nombreux ennemis mais avaient finis par être vaincus …
Cette seule perte me fit d’avantage de mal que celle de tous mes soldats réunis ,mon plan avait été parfaitement exécuté mais il existait donc une faille vus que mon amis était tombés,mon manque de capacité stratégique lui avait coûté la vie…
Je fis pourchassé les fuyards, je pensais leur proposer de rejoindre nos rangs, mais je m’en repent maintenant, je les fis massacrer des que je sus la nouvelle de la mort de mon frère d’armes, une rage démente s’était emparé de moi et avait fais verser encore plus de sang
Une fois Kastély prise je fis connaître au roi la situation et la mort de mon frère d’arme, lui demandant rapidement une nouvel mission afin de faire payer aux ennemis la mort de ce grand guerrier.

Les quelques jours (au nombre de 7) précédant la venue du roi fut une enchaînement de beuverie et d’entraînement a l’épée, je n’eu guère l’envie de me balader a cheval contrairement a mon habitude, avec la mort de Siegfried j’avais perdu un peu de ma joie de vivre, cauchemars et pleurs se succédaient …
Mais la plus touché par sa mort fut évidemment Alexandra qui eu recours au suicide afin de retrouver son aimé dans l’au-delà, je fus le seul a voir le corps de la jeune femme qui se perça le cœur avec la lame de son bien-aimé, je déclarais qu’elle avait présenté sa démission et que je lui avais accordé, sachant a quel point sa mort ébranlerait le moral des troupes.
Le roi Philippe fut le seul a être au courant de son trépas, il fut émus par ce geste et comprenant ce que je ressentais me donna le commandement de la cavalerie afin d’accomplir une nouvelle mission : anéantir complètement un renfort de 250 hommes étant a quelques kilomètres de Kastély …
Nous primes rapidement la route, chevauchant de nuit après quelques heures de chevaucher nous voyons le campement ennemi, en réalité les adversaires dormaient à même le sol, emmitouflé dans leurs couvertures.
Nul garde ne s’assurait de la sécurité du campement, je fis donner mes ordres : piétiner ces lâches, faire couler leur sang jusqu'à la dernière goutte et ne pas laisser le moindre survivant, nous attendîmes la fin de la nuit, terré dans un bois situé non loin afin de laisser les montures se reposer.
Je pressais de toutes mes forces la garde de ma lame, tentant de garder mon sang froid et de calmer ma soif de sang, l’attente me parut interminable, mon corps tout entier semblait vouloir se venger, finalement je fis mettre en selle mes hommes.

J’avais préféré attendre la lueur de l’aube pour m’assurer qu’aucun ennemi ne fuirait, le groupement ennemi commençait à s’activer et je fis donner l’assaut.
Mes soldats sortirent en rugissant des bois avant de me suivre, rugissants de colère, les ennemis furent alerté par nos cris mais avant qu’il ne puissent réagir, les lances transperçaient les corps et les lames décapitaient les ennemis, de nombreux adversaires n’eurent pas le temps de se relever et furent piétiner.
Les ennemis désarmé et vulnérable eurent tôt fais de se mettre a fuir, celui qui semblait être le commandant fuyait le champs de bataille, montant en croupe d’une silhouette que je connaissais bien : le commandant ennemis, le lâche ayant fuis le combat une journée plus tôt.
Je fis rassembler les tirs de mes hommes sur les cavaliers en train de fuir, ils furent criblés de flèches tandis que les autres chevaliers poursuivaient et tuaient les fuyards, je me dirigeais vers le corps du commandant, il respirait encore …
Les ennemis furent exterminés, seul 7 de mes hommes étaient tombé face à certains guerriers ayant réussis à s’armer, nuls soldats adverses n’eurent la vie sauve, je livrais leurs dépouilles à mes soldats, ayant pris le rôle de vulgaires pillards.
Je pris mon fléau a la main gauche, je tournais lentement autour du corps du général ennemis, sa jambe avait été brisé mais il respirait et était conscient, je frappais de toute mes forces sa main, la boule d’acier réduisit en lambeau tout son avant bras, avec une joie macabre je m’amusais ainsi a briser chacun des os de ce chien.
Il hurlait de souffrances a chaque coups, m’implorant d’arrêter, il perdait lentement son sang a partir de ses membres, transformé en une bouillie sanglante, il payait enfin la mort de mon ami, il avait fuis tel un lâche tandis que le brave perdait la vie, il était punis pour son crime.
Nuls soldats ne m’empêchèrent de continuer néanmoins je pouvais voir leurs regards dégoûtés et pris de pitié pour cet homme plus proche du cadavre que du général, je le frappais encore un moment avant de lui crever les yeux de ma dague …

Les hommes me demandèrent la permission de rentrer a la citadelle, écoeuré par ce spectacle, ils avaient déjà fait brûler les corps et étaient las du combat, je leurs offris donc ma permission et continuait encore quelques minutes a frapper de mes bottes le corps de mon ennemis, il était mort depuis plusieurs minutes, perdant abondamment son sang, je ne pus entendre son dernier râle, lui ayant précédemment coupé la langue.
Je restais encore quelques minutes seule avant de me mettre a cheval et de retrouver ma garde, m’ayant attendus a bonne distance, ils ne dirent rien mais je pus sentir leurs frayeur, qu’importe mon amis était vengé.
Nous rentrâmes à la citadelle où je fis part du succès de la situation a mon roi avant de prendre congé,je dormis bien cette nuit et le lendemain repartis chevauché dans les plaines hongroises ,oubliant toutes les horreurs de la guerre
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:57

voila ,pour faciliter la correction ,j'ai mis le tout dans un nouveau sujet Shocked
je suis pret a commencer ma mission suivante ,j'attend les ordres de Squall afin de savoir ce que je dois dire dedans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 22:57

voila ,pour faciliter la correction ,j'ai mis le tout dans un nouveau sujet Shocked
je suis pret a commencer ma mission suivante ,j'attend les ordres de Squall afin de savoir ce que je dois dire dedans
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delpherion
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6056
Age : 27
Localisation : Dans ma bubulle !
Date d'inscription : 01/08/2007

Votre Chevalier
Nom: Athanasios de Rhodes
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 23:09

mon dieu quel pavé........ Shocked je crois pas que je lirai tout ce soir
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don-Pancho
Roi du Forum
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 106
Localisation : Quelqu'un a une carte?
Date d'inscription : 06/10/2007

Votre Chevalier
Nom:
Grade:
Statut:

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 23:09

chaos a fait un nouveau récit... cheers
mais tu devrais aérer un peu le texte... Shocked
sinon bravo! cheers
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delpherion
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6056
Age : 27
Localisation : Dans ma bubulle !
Date d'inscription : 01/08/2007

Votre Chevalier
Nom: Athanasios de Rhodes
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 23:14

lol! pancho deja tout lu ? geek
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Don-Pancho
Roi du Forum
avatar

Nombre de messages : 1135
Age : 106
Localisation : Quelqu'un a une carte?
Date d'inscription : 06/10/2007

Votre Chevalier
Nom:
Grade:
Statut:

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 23:16

non seulement la première partie...soyona réalistes.... MrGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delpherion
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6056
Age : 27
Localisation : Dans ma bubulle !
Date d'inscription : 01/08/2007

Votre Chevalier
Nom: Athanasios de Rhodes
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Lun 19 Nov - 23:43

lol faut du courage pour s'y mettre ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
SquallDiVeneta
Commandant en Second
avatar

Nombre de messages : 3524
Age : 29
Localisation : A trop d'endroits à la fois
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Livio Daleva
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Mar 20 Nov - 3:31

Hum...charmant Chaos...permet moi juste une remarque où plutôt une question :

Crois-tu que l'Ordre fasse passer des tests d'évaluation de l'équilibre mental à ses hommes ? Dans le cas contraire ton écossais mal embouché serait recalé je crois vu le fin de ton récit. MrGreen
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Delpherion
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6056
Age : 27
Localisation : Dans ma bubulle !
Date d'inscription : 01/08/2007

Votre Chevalier
Nom: Athanasios de Rhodes
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Mar 20 Nov - 15:31

looool apres ça se prétend etre un paladin... Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Le-Nain
Grand Correcteur
avatar

Nombre de messages : 4204
Age : 24
Localisation : Euh... très loin de ma terre natale...
Date d'inscription : 04/08/2007

Votre Chevalier
Nom: Karl Skapty
Grade: Sergent
Statut: Au repos

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Mar 20 Nov - 20:00

aplaud AllGood good prosterne

Ouai, quel barbare, même un teutonique contre un paien ne ferait pas pire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
*chaos*
Maître Suprème du Forum
avatar

Nombre de messages : 6494
Age : 27
Date d'inscription : 16/07/2007

Votre Chevalier
Nom: Adrian Gordon
Grade: Capitaine
Statut: En mission

MessageSujet: Re: Mission individuelle   Mar 20 Nov - 20:20

il a besoin de se défouler le petit Shocked
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Mission individuelle   

Revenir en haut Aller en bas
 
Mission individuelle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Rapport : Mission de bataille à 1500 points ork vs tyty
» Première mission
» Une mission pour changer la face d'Haïti !
» Libellé de la lettre officielle de démission du Commissaire Claudy Gassant
» Ordre de Mission

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Ordre des Chevaliers Divins :: Le Rôle Play :: Les missions :: Adrian Gordon-
Sauter vers: